Projet / Mise en œuvre


Avant de partir

Afin d’élargir notre réflexion sur les différentes thématiques que soulève ce projet, nous souhaitons engager dès à présent une dynamique de rencontres et d’échanges autour de représentations diverses. C’est à ce titre que nous sommes accompagnés par la Maison des Citoyens du Monde de Nantes et l’Eclectic, pépinière d’initiatives Léo Lagrange.  En effet, il nous paraît important de confronter notre projet aux réalités interculturelles et pragmatiques liées au montage du projet en lui-même. Il s’agira pour nous d’accumuler les questionnements et les initiatives de nos interlocuteurs et de les mettre dans nos valises pour les confronter en Inde. Nous serons alors porteurs d’une parole plus collective que notre propre expérience, et les pistes de réponses que nous obtiendrons pourront ainsi toucher davantage de personnes à notre retour.

C’est avec cette idée que nous participons au projet européen du forum “Alimentons-Nous” (annexe 7.4.) et que nous envisageons de proposer, avant le départ, des ateliers auprès de structures accueillant des jeunes, telles que des maisons de quartiers. L’objectif est de croiser les regards militants et ceux des jeunes engagés à leur échelle, ainsi que de faire naître de potentiels partenariats qui perdureront pendant et après le voyage en Inde.

Nos différentes démarches de construction nous amènent à construire de nombreux partenariats, que ce soit sur le plan pédagogique avec :

  • le Réseau d’éducation au développement de l’enseignement agricole
  • Lafi Bala : association qui conçoit des outils et anime des actions d’éducation à la citoyenneté internationale et au développement durable pour les structures d’enseignement, culturelles et de loisirs, les collectivités, les élus, le grand public,…
  • Démocratie & Courage !: programme d’éducation à la citoyenneté et contre les discriminations initié en France par la Fédération Léo Lagrange
  • La Maison des Citoyens du Monde 44 : collectif d’associations de solidarité internationale, de droits humains et citoyenneté affiliée à RITIMO
  • Le CICODES : lieu de rencontres et de ressources ouvert au public pour échanger, se documenter, éduquer et agir (centre RITIMO)

Ou sur le plan associatif :

  • les Forums sociaux locaux (FSL)
  • Attac

Ou médiatique :

  • Age de faire
  • Europa

Puisque la partie “en Inde” de ce projet se fera principalement à deux, nous profiterons de la fin du printemps pour faire un séjour préparatif d’un mois au Maroc. Ce sera pour nous l’occasion de tester la vie au quotidien en binôme, ainsi que nos méthodes d’interview et équipements audiovisuels. Nous partons en itinérant autour du pays avec l’objectif de réaliser plusieurs mini-documentaires sur :

  • les dégâts socio-environnementaux de la monoculture
  • la privatisation des terres communales par l’Etat au profit de multinationales
  • l’agro-écologie selon les principes de P. Rabhi

Les productions seront elles aussi une occasion de croiser et de se faire croiser les regards autour d’enjeux démocratiques.

En Inde

Alors que la marche devrait se dérouler durant le mois d’octobre 2012, nous partirions dès septembre à la rencontre d’organisations (Ekta Parishad, l’organisateur de la marche, Fedina pour la syndicalisation des travailleurs, Anhad pour les relations entre communautés religieuses), d’acteurs (Agni Vesh à propos des travailleurs liés,  Kamla Bahsin, alter-mondialiste et féministe à l’initiative de 1000 femmes pour le Nobel de la paix et de paysans porteurs de pratiques non-violentes. L’objectif de cette démarche étant de ne pas devenir des consommateurs de la non-violence, mais bien de travailler une prise de conscience des réalités, des vécus et des fonctionnements sociaux. Cette période devra nous donner des clefs de lecture pour mieux appréhender l’action concrète que représente la marche.

Sur la marche, munis de nos interrogations, de nos témoignages Occidentaux et de la richesse de nos précédents échanges, nous irons au contact de communautés venant des quatre coins du sous-continent. Blog participatif multimédias, articles de presse, reportages en partenariat avec différents médias, nous voulons pouvoir transmettre nos expériences et cette tranche d’histoire indienne aux citoyens du Nord.Afin de mettre à l’épreuve ce vécu collectif, profondément politique et non-violent, nous tâcherons de rencontrer des instances gouvernementales, des formes de luttes employant la violence (comme les Naxalites) et des paysans ayant participé à la marche avec Ekta Parishad.

Au retour

Les réseaux :

Puisqu’un projet de ce type ne peut prendre sa réelle dimension que s’il est partagé, notre engagement ne s’arrêtera pas en Inde. Notre voyage continuera au sein des réseaux que nous construisons dès à présent par cette dé-marche et dans lesquels nous sommes déjà inscrits. Nous pensons en particulier au réseau RITIMO, à plusieurs Forums Sociaux Locaux, au Réseau d’Éducation au Développement de l’enseignement agricole, Léo Lagrange, la SCOP Coopaname…

Il s’agira donc pour nous de créer des outils qui mettront en forme les expériences des uns et des autres afin de les partager au plus grand nombre, d’amener différents publics à se questionner à partir de leurs propres vécus à propos de la non-violence et de l’accès à la terre (fait de pouvoir disposer de terres à des fins de subsistance). Le public et les professionnels visés pourraient alors travailler sur les questions alimentaires et civiques au travers de leurs propres contraintes.

Pour cela, nous élaborerons des outils et des supports interactifs, nous tâcherons d’essaimer nos compétences en créant un réseau de compétences sur ces sujets. C’est en ce sens que notre projet prend en tant que tel une dimension déjà professionnalisante.

L’approche pédagogique du projet :

L’éducation à la citoyenneté internationale…
…c’est montrer ce qui nous rassemble au travers de nos différences
…c’est donner à chacun les moyens de changer le monde changeant son monde
…C’est en donner les clefs de compréhension en laissant
un maximum de portes ouvertes

La transmission pédagogique est l’aboutissement de la démarche citoyenne que nous entreprenons en partant suivre la marche des paysans sans terre qui a lieu en Inde en octobre 2012. Aboutissement après avoir expérimenté :

  • la confrontation des représentations France/Inde débouchant sur une meilleure connaissance mutuelle par la rencontre d’Indiens confrontés à des réalités quotidiennes d’une extraordinaire violence, en particulier pour les paysans sans terre, les dalits, les tribaux…
  • le reportage en tant que diffusion d’informations visant à une meilleure prise de conscience de notre capacité d’action citoyenne
  • les vidéos-conférences avec des FSL ou événements de Solidarité internationale

Cette démarche, au travers de notre association, vise en outre à créer des réseaux d’échanges afin de se servir de chaque expérience comme d’un point d’ancrage pour une dynamique collective continuellement enrichie par les initiatives de chacun.

Par nos actions, nous visons à sensibiliser aux réalités économiques, sociales et environnementales des pays du Sud et aux moyens d’action à notre portée pour influer sur ces réalités, qu’elles soient au Sud comme au Nord. En effet, le Sud n’est pas le seul concerné lorsqu’il s’agit d’évoquer la problématique de l’accaparement des terres, celle des OGM et des produits chimiques qui les accompagnent ou encore celle de la monoculture.

La pédagogie interactive

Nous nous basons sur des pédagogies interactives et participatives, permettant au public d’être acteur de l’atelier : acteur du déroulement qui est adaptable au besoin de chaque public, acteur de sa réflexion, acteur des décisions que chacun en tire personnellement et/ou collectivement.

L’objectif est de favoriser la prise d’initiatives individuelles et/ou collectives, en particulier dans des démarches citoyennes visant le vivre-ensemble dans la réalité du public : dans son quartier, dans son village, dans son établissement, sur son lieu de travail, dans son association…

Publics et partenaires :

Nos outils et animations sont adaptés aux jeunes des lycées agricoles et des maisons de quartiers, aux professionnels en lien avec la question alimentaire ainsi que les militants écologistes.

Parmi nos partenaires :

  • JINOV International
  • Léo Lagrange au travers de son programme Démocratie & Courage !
  • des centres Ritimo de Quimper (Cicodes) et de Nantes (Maison des Citoyens du Monde)
    le Réseau d’Education au développement de l’enseignement agricole
  • l’association Lafi Bala
  • la Coopérative Coopaname

Quelles propositions ?

Nous proposons, à partir de mars 2013, des ateliers de 3 heures sur :

  • les représentations des rapports Nord/Sud autour
    • de mini-documentaires sur la Jan Satyagraha avec des témoignages de paysans sans terres et d’élus politiques locaux
  • les moyens de lutte pour les droits civiques autour :
    • de photo-langage et de débats sur la violence des réalités et des possibles alternatives
    • d’un jeu de rôle sur l’accès à la terre en lien avec la souveraineté alimentaire : différents personnages se retrouvent autour d’une table pour un conseil des citoyens pour décider des actions à mener pour garantir l’alimentation de tous

Il s’agit ici d’apprendre au travers de la subjectivité de personnes et de personnages afin de développer la compréhension mutuelle et l’argumentaire du public en se référant à sa propre subjectivité.

Les ateliers s’accompagneront d’une exposition à visiter, à commenter ou à utiliser par les enseignants dans de futurs ateliers.

Conclusion

Notre vision est englobante dans le sens où elle se veut participative et collaborative. Que ce soit en amont du voyage, pendant ou en aval, notre volonté est d’inclure un large panel d’acteurs et d’interlocuteurs afin de créer de l’effervescence, de la contradiction par le débat et de la construction d’une culture partagée commune : donner corps à l’idée de biens communs*, matériels comme immatériels.