Ceci n’est pas un article subversif

La propriété privée ne cesse de gagner du terrain. On privatise les terres communes (les mejous de Bretagne, les communaux du Rif au Maroc…), le vivant (brevets sur les gènes, OGM…) et les connaissances (brevets logiciels, copyright, propriété intellectuelle poussée à outrance). Après s’être approprié les biens qu’elle manufacturait, la société capitaliste s’est mis à convoiter les biens immatériels. Il faut dire que les biens matériels sont limités en nombre, donc les profits eux aussi sont limités. Au contraire, les biens immatériels sont illimités… Mais comment revendiquer la paternité d’une connaissance ou d’une plante? Comment, sinon par la force? C’est pour cette raison que les “grands propriétaires” font sécuriser les espaces publics par des caméras, les manifestations par des drones et des équipes militaro-policières, les échanges en ligne par la loi LOPPSI ou les accords ACTA…

Continue reading

Alimentons-Nous, alimentons la démocratie

Première pierre de ce projet, le forum Alimentons-Nous, organisé par Minga, JINOV (partenaire direct de l’Archipel) et les Petits Débrouillards, relaie l’initiative de Food Path.

Parce que l’alimentation est ce que l’on partage avec les êtres vivants du monde entier, puisque c’est la base de toutes les organisations humaines, la première pierre de tout régime politique… Et parce que ce sujet est au cœur de l’Archipel, en particulier sur sa partie en Inde. Alimentons-nous, Alimentons la démocratie !

Pour une économie équitable

Le « Printemps pour une économie équitable » est entre autres l’occasion de découvrir et de faire connaître des structures porteuses de projets innovants, comme celui de l’association « Foodpath » et son archipel des non-violences, qui nous donne à repenser les rapports entre économie et non-violence politique. Lire la suite de l’article originel …

Comment à travers nos pratiques quotidiennes, pouvons-nous inventer de nouvelles formes de solidarités, renforcer notre autonomie, participer au respect de la biodiversité, encourager le respect des conditions et la rémunération du travail…

C’est aussi à cela que l’Archipel des Non-Violences souhaite se confronter, être confronté. Parce que c’est en mettant en pratiques ses choix politiques qu’on peut se rendre compte de leur portée, de leur justesse… Et parce qu’il n’y a pas de choix politique plus fort que celui du vivre ensemble et du “comment vais-je manger ce soir ?”, il est temps de marcher sur la voie d’une économie équitable.

Continue reading

Tierra y libertad !

Cultiver sa terre est un des principes les plus fondamentaux: il permet de se nourrir, soi et ses proches, que cela soit sa famille ou sa communauté. L’agriculture est à ce titre un lien à l’essentiel, ce qui nous rattache à nos besoins au-delà de toutes les envies que l’on s’obstine à satisfaire. Le lien à la terre est donc un lien riche de sens, d’autant plus qu’il est concret : quoi de plus sensible que de plonger ses mains dans la terre ou croquer dans un fruit bien mûr ?

Empêcher quelqu’un d’avoir accès à la terre, c’est donc mettre en péril sa survie et sa dignité à pourvoir à celle de ses proches. Et lorsqu’il s’agit d’un Etat vis-à-vis de ces citoyens, la question de la démocratie se pose inévitablement. Peut-on encore parler de démo-cratie lorsque l’Etat élu par le peuple privilégie des intérêts qui ne concernent pas ses citoyens et qui, même, lui nuisent?

Continue reading

L’artificialisation des terres, à la poursuite d’un imaginaire dépassé

L’artificialisation des sols est un problème encore très méconnu du grand public en France. C’est un phénomène étroitement lié aux difficultés d’accès à la terre, qui va résonner dramatiquement dans les années à venir avec l’augmentation des coûts du pétrole, et par là même l’accès à l’alimentation pour tous.

Continue reading

L’accès à la terre en question près de Nantes

À Nantes, ce 24 mars, avait lieu une grande manifestation de soutien à la Zone d’Autonomie Définitive de Notre Dame Des Landes (44) contre le grand projet inutile de l’Ayrault-Port.

L’artificialisation des terres, que ce soit pour des projets pharaoniques d’aéroport ou pour l’extension sans fin de zones commerciales ou de villes, sera LE fléau d’une société où le prix du pétrole dépassera rapidement nos imaginations actuelles. Notre mal-bouffe sortie tout droit des hyper-marchés, c’est autant de paysans en moins dans nos campagnes, et autant d’affamés au Sud, mais également bientôt ici… parmi nos voisins, nos amis, notre famille.

Continue reading